Skip to main content
Skip to main content
Navigation

Go backSport après un cancer du sein

La tumeur a été enlevée et vous avez terminé le traitement de votre cancer du sein.
Cependant, la chirurgie mammaire et la chimiothérapie ont souvent des effets secondaires très désagréables. Nous allons aborder certains sports et les symptômes qu’ils permettent de soulager.


LYMPHOEDÈME SECONDAIRE

 Lymphoedème après une opération du cancer du sein - sport après un cancer du sein

De quoi s’agit-il ? 

Il s’agit d’un gonflement douloureux des tissus conjonctifs. Il se présente lorsque du liquide lymphatique s’accumule dans les tissus et les espaces entre ceux-ci. Le lymphoedème du bras se produit souvent lorsque des ganglions lymphatiques ont été retirés lors d’une mastectomie. Cependant, grâce à des interventions chirurgicales plus minutieuses, le risque de lymphoedème a diminué de façon significative.

Comment soulager ce symptôme ?

  1. Sports aquatiques comme la natation et l’aquagym : La pression de l’eau et la contraction musculaire exercent une pression légère sur les tissus et favorisent le mouvement du liquide lymphatique. 
  2. Musculation à intensité modérée à l’aide de machines, équitation ou marche nordique : Le mouvement avant et arrière de vos bras permet aux muscles de se contracter et encourage l’écoulement du liquide lymphatique. 

 

NEUROPATHIE

NEUROPATHIE engourdissement des mains et des pieds - sport après un cancer du sein

De quoi s’agit-il ? 

Il s’agit d’un mauvais fonctionnement du système nerveux périphérique qui se produit souvent chez les patientes atteintes de cancer du sein après la chimiothérapie.
Elle touche généralement les mains et les pieds. Symptômes : picotements et engourdissement.

Comment soulager ce symptôme ?

Les vibrations peuvent stimuler la gaine de myéline des nerfs, qui a été affectée, et promouvoir sa régénération.

  1. Pour les pieds : la technologie de vibration (par ex., le Power Plate), l’entraînement moteur sensoriel (par ex., des exercices d’équilibre sur le sable et sur un sol peu stable), certains exercices de yoga et de Pilates (si votre pied commence à trembler lorsque vous vous tenez sur une jambe, par exemple).
  2. Pour les mains : les plaques vibrantes, les exercices de motricité fine comme jouer de la batterie, jouer de la guitare ou du piano ou des activités simples comme essayer de saisir des objets (par ex., trier des lentilles). 

 

ARTHRALGIE

L'ARTHRALGIE est un effet secondaire de l'hormonothérapie sur la douleur articulaire chez les patientes atteintes d'un cancer du sein - sport après un cancer du sein

De quoi s’agit-il ? 

Il s’agit de douleurs aux articulations. Cet effet secondaire survient souvent après un traitement hormonal administré aux patientes atteintes de cancer du sein.

Comment soulager ce symptôme ?

La musculation intensive, qui permet de développer des muscles, et/ou les mouvements intensifs, comme le jogging, sont souvent bénéfiques. Nous ignorons actuellement pourquoi.

 

MOBILITÉ RÉDUITE

Mobilité réduite à long terme après une mastectomie - sport après un cancer du sein

De quoi s’agit-il ?

Après une mastectomie, il est possible de connaître une mobilité réduite à long terme. Les sensations de tension et de douleur provoquent souvent une mauvaise posture, ce qui réduit la force musculaire et entraîne un déséquilibre musculaire (contraction).

Comment soulager ce symptôme ?

Par une association de musculation modérée et d’exercices d’étirement, souvent avec des machines ou avec des bandes de résistance : à mesure que les muscles sont renforcés et que les zones affectées sont étirées, votre mobilité augmentera et votre posture s’améliorera.

 

FATIGUE

fatigue après chimiothérapie - sport après un cancer du sein

De quoi s’agit-il ?

Grande exténuation et fatigue chronique souvent provoquées par la chimiothérapie.

Comment soulager ce symptôme ?

Tout type de mouvement corporel peut s’avérer utile : jardinage, jogging, musculation, etc. Attention : quand on traite la fatigue, le plus important n’est pas le type de mouvement mais l’intensité. Règle d’or : plus l’épuisement est grand, plus l’intensité de l’entraînement doit être faible


Le type d’activité physique qui vous bénéficiera le plus dépend également de la phase de traitement dans laquelle vous vous trouvez et de la façon dont elle affecte votre corps. Vous devez donc toujours consulter votre médecin avant de commencer tout programme d’activités physiques.

Cette sélection a été mise au point en collaboration avec le scientifique du sport, Freerk Baumann, du Centre du cancer à Cologne (CIO Köln Bonn), Allemagne