Skip to main content
0
Navigation

RetourLes cellules cancéreuses ne peuvent pas vraiment être « affamées »

Selon certaines études, le sucre permettrait à certaines cellules cancéreuses de se développer plus rapidement. Cela est-il vrai ?

ketogenic diet - Should breast cancer patients avoid sugar?

 

Le sucre permet à certaines cellules cancéreuses de se développer plus rapidement. C’est en tout cas ce que certaines études affirment. C’est pourquoi des médecins conseillent à leurs patients d’éliminer les aliments et les boissons qui contiennent du sucre de leur alimentation. Cette approche est-elle vraiment bénéfique ?


En avril 2016, des médecins ont diagnostiqué un cancer du sein à Mathilda B. Plus précisément, il s’agissait d’un « carcinome ductal invasif du côté gauche avec au moins deux foyers tumoraux », comme l’écrit la femme de 39 ans dans son blog, « Leben mit Brustkrebs » (Vivre avec un cancer du sein). Ce fut un choc. Mais plutôt que de se demander constamment « Pourquoi ? », elle a commencé des recherches : Mathilda voulait savoir comment avoir un impact positif sur son cancer du sein. Elle est tombée sur une expérience disponible en ligne, menée en 2013 par le scientifique d’Harvard Lewis Cantley. Avec son équipe, il a prouvé que les cellules du cancer du sein arrêtaient de se développer lorsqu’elles étaient privées de sucre (en tout cas dans le cas de cultures en boîte de Petri). .

 

« Les cellules cancéreuses dépendent du sucre »

 

Depuis longtemps, le monde de la médecine sait que les cellules tumorales réagissent au sucre. La dépendance des cellules cancéreuses au glucose (sucre) pourrait être liée aux mitochondries. Avec leur aide, les cellules saines absorbent les graisses, les protéines et le sucre des aliments, qu’elles brûlent ensuite pour produire de l’énergie. Cependant, dans les cellules cancéreuses, la fonction des mitochondries est souvent perturbée. Les graisses et un grand nombre de protéines leur sont inutiles.

Les cellules cancéreuses ne brûlent pas le sucre. Au lieu de cela, elles le fermentent. Cette fermentation crée de l’acide lactique, qui permet aux cellules de pénétrer dans les tissus environnants plus facilement. En plus, l’activité des cellules immunitaires est inhibée. Lors d’une interview à la radio allemande (ARD), Lewis Cantley a conclu que « les cellules cancéreuses dépendent du sucre ». « Sans lui, elles meurent. »

Mathilda Berger s’est donc demandé : Devrais-je éliminer les aliments et boissons sucrées de mon alimentation ? L’objectif d’un tel régime (le régime cétogène) est la « cétose » : La privation du sucre à long terme devrait provoquer un changement du métabolisme de l’organisme. À partir de ce moment-là, les cellules devraient obtenir leur énergie à partir des graisses et des protéines uniquement, au lieu du sucre. Résultat : La tumeur « meurt », du moins en théorie. 

Les diététiciens du Centre de la Tumeur de Munich (TZM, Tumorzentrum München) ne sont pas convaincus de cette approche. Jusqu’à présent, il n’y a pas de preuve suffisante des effets positifs du régime cétogène, selon le TZM. D’après eux, l’arrêt de l’activité des cultures cellulaires humaines n’est pas convaincant. C’est pourquoi le régime cétogène n’est pas recommandé aux personnes atteintes de cancer.

Le Professeur Jutta Hübner, scientifique et membre du groupe de travail Centre de prévention du cancer (PRIO, Prävention und Integrative Onkologie) de la Société allemande du cancer le confirme : « Actuellement, aucune étude scientifique ne prouve qu’un tel régime ( faible en glucides ou cétogène) peut empêcher ou réduire la croissance et la métastase des tumeurs chez les patients. »


Cancer cells and sugar - starving cancer cells with a ketogenic diet

Selon Jutta Hübner, la théorie est fondamentalement contestable : « En réalité, les patients atteints d’un cancer ne devraient pas laisser leur glycémie atteindre des niveaux trop bas. Elle ne devrait pas être inférieure à celle des personnes en bonne santé. »

Pourquoi ? « Si le corps ne reçoit pas de glucides pendant longtemps, il produit du glucagon et d’autres hormones de stress », explique la chercheuse. « Cela provoque la régénération du sucre, surtout dans le foie. » C’est pourquoi même en cas de jeûne, le corps n’est jamais totalement sans sucre.

Jutta Hübner attire l’attention sur un autre point. «Lorsque l’on prive les cellules cancéreuses de sucre», explique-t-elle, « de nombreuses cellules cancéreuses modifient leur métabolisme et se développent plus lentement. » Toutefois, au fil du temps, elles apprennent à métaboliser les protéines et les graisses et elles se développent encore plus rapidement. Certaines cellules cancéreuses se transforment même en cellules souches malignes.

Cependant, elle partage l’avis des partisans du régime cétogène sur un point : les glucides rapidement disponibles qui entraînent une augmentation soudaine de la glycémie peuvent encourager la croissance des tumeurs. Elle recommande donc aux patients atteints d’un cancer d’adopter un régime équilibré et de consommer le sucre raffiné avec modération.



Dégustez votre Nourriture


C’est l’avis de Mathilda. Inspirée par sa recherche et encouragée par les recommandations de ses médecins, elle a ajusté son alimentation avant le début de sa chimiothérapie, dans le but également d’éviter les nausées (sévères) durant le traitement. Elle a arrêté de manger des aliments contenant du sucre ajouté et a retiré de son plan alimentaire les glucides à action rapide, comme les pâtes et le chocolat. Dans une certaine mesure, son plan alimentaire suivait donc le régime cétogène.

Mais seulement en partie. Parce que la blogueuse le sait : « Les glucides complexes et les fibres ont leur place dans une alimentation équilibrée. » Elle en a parlé en détail avec un diététicien à la Uni-Klinik (Hôpital Univertaire). Et puis, Mathilda est une gourmande. Lorsqu’elle a envie d’une glace ou d’un gâteau, elle ne s’en prive pas. Après, elle va faire une promenade ou elle fait de l’exercice, parce qu’en bougeant nos corps, nous diminuons nos niveaux de glycémie.

*Mathilda Berger” est un pseudonyme.


Amoena Claudia Kaltenecker

Claudia Kaltenecker claudia.kaltenecker@amoena.com

Illustrations: Yulia She/Shutterstock/ Sandy Braun