Skip to main content
Skip to main content
0
Navigation

RetourPrendre soin de soi après un cancer du sein : Se retrouver après une mastectomie

histoire d'un cancer du sein : prendre soin de soi après une mastectomie

 

En tant que psychothérapeute, Rosarie Coleman sait à quel point il est important de prendre soin de soi pour son bien-être, et en tant que femme qui a vécu le cancer plus d’une fois, elle a une expérience personnelle des défis auxquels les femmes font face pendant le traitement et le rétablissement.

 

Rosarie, qui vit à Cork en Irlande du Sud-Ouest, est âgée de 62 ans et a reçu un premier diagnostic de cancer lorsqu’elle avait 30 ans et était enceinte de son plus jeune fils. On lui a retiré un mélanome malin sous anesthésie générale et elle a été soigneusement surveillée au cours des mois suivants.

Ce n’est que 18 ans plus tard, en 2006, que Rosarie a remarqué un renfoncement dans sa poitrine et a découvert une boule. « Je travaillais dans le secteur local de la santé et une partie de mon travail consistait à collaborer avec l’hôpital sur un projet pour contribuer à sensibiliser la population à la santé », déclare-t-elle. « J’avais un contact régulier avec des infirmières spécialisées en soins mammaires. Mais ironiquement je n’acceptais pas la probabilité que je puisse contracter moi-même un cancer du sein. Je l’ai donc ignoré parce que j’avais peur. » La sœur cadette de Rosarie venait d’être diagnostiquée avec la maladie, ce qui augmentait sa propre anxiété.

Lorsqu’elle a finalement subi une biopsie, le consultant lui a dit qu’elle avait une tumeur de stade III de 5 cm et qu’elle aurait besoin d’une intervention chirurgicale. Rosarie a subi une mastectomie complète, suivie de six mois de chimiothérapie. Elle a ensuite été mise sous Herceptin pendant deux ans dans le cadre d’un essai.

Cinq ans après sa première intervention, Rosarie a subi une reconstruction du lambeau de grand droit abdominal, en utilisant des muscles et des graisses de son abdomen pour recréer sa poitrine. Malheureusement, elle a eu des complications. « J’ai eu un caillot sanguin dans le sein reconstruit, et j’ai dû retourner en chirurgie pour le faire enlever. J’ai ensuite contracté le SARM, plus communément appelé staphylocoque doré et j’ai eu des mois de traitement et de suivi. » Suite aux complications, son sein reconstruit était maintenant plus petit que son sein naturel.

 
C’était à ce moment-là que Rosarie a appris que sa sœur avait développé un cancer pour la deuxième fois. « Mon oncologue a suggéré des tests génétiques, ce qui, je le savais, serait très controversé. » Rosarie est issue d’une fratrie de 14 enfants, et les membres de sa famille ne voulaient pas tous savoir s’ils avaient une prédisposition génétique au cancer.

Elle a été testée positive pour le gène BRCAII et, peu après avoir obtenu ses résultats, deux de ses autres sœurs ont reçu un diagnostic de cancer du sein. Rosarie a ensuite opté pour une ovariectomie élective (ablation des ovaires) puis, en 2012, elle a choisi d’avoir une mastectomie sur son côté droit, avec une reconstruction immédiate du lambeau latéral. « Je redoutais à nouveau des complications, » dit-elle, « mais ce fut une expérience très différente cette fois-ci. »
 

 

L'importance de prendre soin de soi après une mastectomie

 

Rosarie a toujours pensé à prendre soin d’elle-même et la poursuite de son régime de soins personnels a joué un rôle important dans sa guérison physique et émotionnelle. Elle mange de façon saine, en essayant d’éviter les aliments sucrés. Elle aime marcher et fait aussi du yoga et du tai chi : « Cela me permet de rester en forme et me donne le temps de ralentir et d’écouter ce qui se passe dans mon corps. » Elle est également vigilante au sujet de tout changement dans son corps et les fait vérifier rapidement si elle a des inquiétudes.

Exercice après un cancer du sein Yoga Tai Chi - Prendre soin de soi après une mastectomie

L’un des derniers ajouts à sa routine d’auto-soins a été la découverte des compléments mammaires d’Amoena. « Après la reconstruction, j’étais plutôt déséquilibrée. J’avais mon propre sein sur le côté droit et la reconstruction sur le côté gauche. Donc quand j’enfilais mon soutien-gorge, je ne remplissais pas le côté gauche. Cela a duré un certain temps car je ne savais pas que je pouvais obtenir une prothèse partielle. Mais quand j’ai eu connaissance des compléments mammaires Amoena, tout a changé. Je dois dire que je le porte sans cesse depuis que je l’ai, cela fait une énorme différence pour ma silhouette. »

Comme son buste est plus petit qu’avant, Rosarie a le choix parmi de nombreux soutiens-gorge. « Je peux porter des bretelles fines et choisir parmi les jolis modèles que j’aime. Mais je veux aussi me sentir à l’aise et Amoena me le permet. Je porte leur soutien-gorge sport lorsque je fais de l’exercice, et j’adore aussi le top à bretelles Valletta. »

Rosarie pense que les soutiens-gorge d’Amoena et son complément mammaire Balance l’ont aidé à revenir où elle en était avant son premier diagnostic. « Avant mon cancer du sein, j’étais vraiment à l’aise dans mon corps et je me sentais confiante », dit-elle. « J’ai perdu une part de cela lors de mon traitement, mais je pense que je me retrouve et que j’apprécie désormais mon corps à nouveau. »

Son conseil aux autres femmes chez qui un cancer du sein a été diagnostiqué est de donner la priorité à elles-mêmes et à leur rétablissement. « Essayez de faire des choses qui vous font vous sentir bien et assurez-vous de contacter les personnes qui peuvent prendre soin de vous et vous soutenir. Il est également très important de parler et de laisser sortir vos émotions. Plus nous parlons, plus nous comprenons et plus nous avons la possibilité d’être comprises. Continuez, croyez en vous et sachez que vous allez y arriver. »

complément mammaire amoena balance pour une asymétrie de la poitrine

 

En savoir plus sur la gamme Amoena Balance :