Skip to main content

Traiter le stress et l'anxiété

Un guide de vos émotions (vous n'êtes pas seul), et de quelques façons vous pouvez rediriger votre esprit pour plus de contrôle.

 

Petit guide pour gérer vos émotions

dealing with stress anxietyC’est un fait : le diagnostic de cancer du sein déclenche immédiatement une crise émotionnelle pour la plupart d'entre nous. Et lorsque nous traversons une crise, nous basculons instinctivement en mode de survie. Nos pensées, nos comportements et nos émotions reflètent tous notre volonté de vivre au-delà de la menace offensive. Nous devenons hyper-concentrées sur le fait de ne pas laisser le cancer gagner. Nos corps produisent plus d'adrénaline pour nous aider à répondre aux exigences supplémentaires de nos émotions.

Certaines d'entre nous utilisent l'adrénaline pour essayer de combattre cette situation potentiellement mortelle et d'autres tentent de s'en évader en le niant. Les deux approches prennent beaucoup d'énergie, que vous essayiez de la combattre ou de réprimer la panique en gardant la tête dans le sable. 

Malheureusement, plus nous restons longtemps en mode de survie, plus nous sommes susceptibles de stresser notre système immunitaire, ce qui affaiblit les défenses naturelles du corps et conduit à l'épuisement physique. En d'autres termes, cela nous use et nous sommes exténuées. La chirurgie, les radiothérapies et la chimiothérapie causent toutes de la fatigue, il nous incombe donc d'essayer de gérer nos émotions d'une manière qui n'ajoute rien à l'épuisement physique.

Inquiétude : vous vous interrogez sur votre avenir en ayant un cancer du sein

En termes simples, la peur est la base de l'inquiétude. La peur immédiate peut être un signal d’alarme que vous courez un danger imminent, comme pour un incendie dans votre maison. Votre réaction de peur lorsque vous venez d'apprendre que vous avez un cancer est utile, car elle vous amène à le prendre au sérieux et à prendre des mesures immédiates pour essayer de vous en débarrasser. Cependant, la peur devient un problème lorsque nous la projetons dans le futur sous la forme d'inquiétude. Penser à l'avenir et faire un plan d'action pour atteindre vos objectifs est une bonne manière de résoudre les problèmes. Penser à tous les moyens possibles pour que les choses tournent mal est une inquiétude contre-productive.

Vous ne devriez jamais être trop dur envers vous-même pour votre tendance à avoir des pensées négatives basées sur la peur. En tant qu'êtres humains, nous ainsi sommes faits. Notre fonction la plus importante est de survivre, donc la peur est très instinctive. Nous n'avons pas besoin d'être heureux pour survivre, mais nous utilisons la peur pour rester concentrés sur notre survie. Le problème est que nous pouvons entrer dans un mauvais schéma de pensée et agir comme si la survie était toujours la situation à portée de main, alors qu'en fait, c'est l'exception, même avec le cancer du sein. Alors que pouvez-vous faire ?

Minimisez vulnérabilité et perte de contrôle

L'inquiétude fondée sur la peur est la plus susceptible de se produire lorsque nous sommes les plus vulnérables et que nous avons le moins de contrôle sur une situation. Sachant cela, nous pouvons maintenir notre niveau de peur et d'inquiétude au minimum en trouvant des moyens de prendre le contrôle de la situation. Comme on le dit souvent, « la connaissance est le pouvoir ». Plus vous en savez sur votre type de cancer du sein, sur son stade, les options de traitement et leurs résultats, ainsi que sur la souplesse possible pour le traitement (quand, comment), plus vous trouverez des moyens de reprendre le contrôle de votre vie. 

Il est important de savoir que nous nous sommes affirmées dans au moins un petit détail de notre traitement. Trop souvent, les femmes de notre culture, en particulier les femmes d'âge mûr et les femmes âgées, ont encore du mal à identifier leurs besoins et à demander de l'aide. Quelque chose d'aussi simple que de demander une salle de chimiothérapie plus calme, ou même une couverture, peut faire une grande différence dans notre niveau de confort et notre sentiment de contrôle. C'est une occasion privilégiée de décider que vous avez une valeur intrinsèque en tant que personne, au lieu de jouer sur l'ancien script de l'indignité. Le personnel médical est payé pour vous aider. Si vous n'étiez pas leur patient, ils n'auraient pas d'emploi, alors validez leur professionnalisme en faisant connaître vos besoins. C'est beaucoup mieux que de s'inquiéter si la salle va être trop froide lors de votre prochain traitement de chimiothérapie et si vous serez en mesure de le supporter.

Outre les points évoqués précédemment avec l’équipe soignante, il existe de nombreux autres domaines où vous pouvez vous recentrer sur le présent pour vous donner plus de contrôle pendant votre parcours de traitement du cancer. 

Même les petits détails…

  • organisation avec des listes
  • tenue d’un calendrier de rendez-vous chez le médecin
  • planification des menus hebdomadaires et congélation de repas précuits 

...peuvent faire une vraie différence en créant un sentiment de contrôle. 

Anxiété et dépression : stabiliser votre humeur

Il n'est pas rare que les patients atteints de cancer se sentent de mauvaise humeur. Même si vous ne souffrez pas d’une dépression complète, vous pouvez être irritable et de mauvaise humeur. Si votre médecin a évalué votre niveau de dépression et déterminé que vous souffrez d'un épisode dépressif majeur (dépression biochimique), vous devrez peut-être le traiter avec un antidépresseur. La thérapie individuelle et les groupes de soutien sont d'excellents moyens de vous aider à faire face, mais traiter un déséquilibre chimique avec la thérapie de la parole seule est comme traiter l'angine streptococcique en paroles quand un antibiotique est nécessaire. Cela peut réellement accentuer votre mal. N'ayez pas peur de demander toute l'aide dont vous avez besoin.

Si vous êtes de mauvaise humeur, l'exercice et le régime alimentaire peuvent aider votre corps à produire plus de neurotransmetteurs de l'humeur pour prévenir une dépression. L'exercice peut être utile pour votre bien-être général, même si vous luttez contre la fatigue, mais vous devrez écouter votre corps et vous reposer en plus de l'exercice. N'en faites pas trop, essayez simplement de faire bouger votre cœur et vos poumons pour stimuler une réponse métabolique saine et réduire votre tension musculaire et vos douleurs.

Essayez d'opter pour des choix alimentaires plus sains tels que les fruits et légumes frais, la viande maigre, les noix, les céréales complètes et moins d'aliments transformés. Les hydrates de carbone comme le sucre et la farine blanche raffinée réduiront votre énergie, mais les hydrates de carbone plus sains comme les légumes frais seront apaisants. Les protéines comme la viande maigre vous donnent de l’énergie et améliorent votre concentration, mais les viandes transformées salées peuvent provoquer une rétention d'eau et entraîner des crampes musculaires. Si vous essayez d'éliminer le sucre, vous devez savoir que pendant les deux premières semaines, vous pouvez rencontrer une augmentation des envies de glucides, mais vos envies disparaîtront ensuite.

Rester dans le présent

C'est le moment de travailler dur pour rester dans le présent. Nous ne sommes pas notre esprit, nous avons un cerveau pour l’utiliser à notre goût. Faire une obsession ou s'inquiéter est un choix. Ce n'est donc pas obsédant ou inquiétant. Vous décidez de ce à quoi vous voulez penser. Vous dire simplement de ne pas penser à quelque chose ne fonctionnera pas - l'idée n’aura de cesse de ressurgir à nouveau. Pour changer votre façon de penser, vous devez remplacer consciemment une pensée par une autre. Vous pouvez décider d'utiliser votre esprit pour quelque chose d'utile, comme la planification du menu de la semaine ou vos prochaines vacances. Décidez d'utiliser votre esprit pour lire un livre divertissant ou bien pour vous rappeler un souvenir amusant que vous avez vécu avec quelqu'un de spécial. Il y a une infinité de choses positives que vous pouvez décider de penser.

Le contrôle exige de la pratique, et il est facile de se sentir effrayée et impuissante si l’on ne se rappelle pas de rester dans le présent et de gérer ce qui est juste devant soi. Laisser aller ses soucis et rediriger son esprit vers ce que l’on peut contrôler est ce que nous pouvons faire de mieux. Cela fait une réelle différence dans la perspective et la guérison.