Porter une prothèse mammaire au quotidien

Wearing a Breast Prosthesis Day to Day

Par Dianne A., opérée du sein il y a 20 ans, Californie (Etats-Unis)

Au cours des deux années et demie qui se sont écoulées depuis ma double mastectomie, j’ai été surprise de constater que, d’une part, j’avais rapidement appris à accepter cette nouvelle réalité et que, d’autre part, je continuais à me sentir en terre étrangère. Il y a vingt ans, les prothèses mammaires et les soutiens-gorge avec poches étaient des concepts qui m’étaient étrangers. Mais avec le temps et de la patience, j’ai appris à les accepter comme faisant partie de mon quotidien. 

Tout le monde n’est pas affecté par le cancer du sein de la même façon. De nombreuses femmes ne s’en rendent pas compte avant leur diagnostic. Durant les 20 années qui se sont écoulées depuis mon premier diagnostic de cancer du sein triple négatif, pas un jour ne s’est écoulé sans que je ne fasse de découverte sur moi ou ma maladie. J’ai passé la majeure partie de ces 20 ans à apprendre à vivre avec une lumpectomie. Les deux opérations étaient traumatisantes mais je ne savais pas ce que l’on ressent lorsque l’on subit une ablation des seins. Et je ne connaissais pas bien les prothèses mammaires externes.

Certaines décisions sont plus faciles à prendre que d’autres

Mon cancer étant (encore) réapparu dans mon sein gauche, j’ai fini par devoir subir une mastectomie. On m’a proposé d’enlever mon sein gauche et de continuer à surveiller mon sein droit (qui avait également été touché par mon cancer du sein initial en 1996). Je n’ai pas hésité une seconde avant de dire à mes médecins que je souhaitais que mes deux seins soient enlevés. J’étais consciente qu’une double mastectomie n’aurait pas d’impact sur ma chance de survie globale. Mais je l’ai fait pour moi, pour ne plus avoir à subir de mammographies, que je vivais comme l’attente d’un verdict. Je dois bien évidemment continuer à surveiller mon corps. Mais, toutes les femmes qui ont eu un cancer du sein vous le diront, les mammographies font resurgir un sentiment de vulnérabilité lorsque l’on attend les résultats.

Je mentirais si je disais que je suis heureuse de ne plus avoir de poitrine. Par contre, ce que je peux dire sans réserve, c’est que je suis heureuse d’avoir autant d’options en termes de choix de prothèses mammaires et soutiens-gorge avec poches. Je peux honnêtement dire que personne ne peut deviner que j’ai subi de chirurgie mammaire. Lorsque je porte mes prothèses et mon soutien-gorge et que je me regarde dans le miroir, je suis moi aussi vraiment étonnée de voir à quel point je ressemble à celle que j’étais avant. Heureusement, je me retrouve dans cette situation à une époque où il existe un grand choix de soutiens-gorge et de tops magnifiques ! Et, même si mon postérieur n’a pas changé, j’ai même le choix de porter de superbes bas assortis pour compléter la tenue.

4 choses que je ne savais pas au sujet du port de prothèses mammaires

  1. Lorsqu’on retire son soutien-gorge – surprise ! Il contient désormais vos prothèses. Les premières fois que j’ai enlevé de mon soutien-gorge, j’ai oublié que je les portais et j’ai ri comme une folle en ramassant mes « seins » et mon soutien-gorge.
  2. Lorsque l’on trouve les prothèses mammaires qui conviennent, on s’y habitue très rapidement. J’ai fait des exercices physiques intenses en les portant et j’ai été stupéfaite de constater à quel point j’oubliais presque que ce n’était pas ma vraie poitrine. En réalité, comme j’avais une poitrine des plus « généreuses » avant la chirurgie, je suis plus à l’aise avec les prothèses mammaires, parce que je n’ai plus le problème de la transpiration qui s’accumule en dessous des seins !
  3. Parfois, c’est agréable d’enlever les prothèses et de se sentir libre. Quand il fait chaud, une fois rentrée du travail, j’enlève mes chaussures et mes prothèses et je me sens directement plus légère !
  4. Les prothèses sont remboursées mais pas les soutiens-gorge. Pour les prothèses, vous devrez demander à votre médecin de vous rédiger une ordonnance pour que le remboursement soit garanti. Les soutiens-gorge ne sont pas remboursés mais informez-vous pour savoir s’il existe des programmes disponibles dans votre communauté pour vous aider à couvrir les frais.

À chacune son histoire

Une de mes amies proches lutte actuellement contre un cancer du sein. Contrairement à moi, elle a choisi de ne se faire enlever qu’un sein. Elle a terminé la chimiothérapie et elle a passé la moitié des traitements de radiothérapie. Même si, après avoir terminé la radiothérapie, elle répondra aux critères pour subir une reconstruction mammaire, Jan réfléchit sérieusement à renoncer à une nouvelle opération, car comme elle le dit : « Je pense que mon corps a assez souffert. J’ai parlé à de nombreuses femmes qui, même si elles ont subi une reconstruction mammaire, ont ensuite subi d’autres opérations correctrices ou se sont fait enlever le ou les implants. Pour le moment, je me dis pourquoi prendre le risque alors que je peux obtenir de superbes résultats en portant des prothèses mammaires dans un soutien-gorge avec poches ? »

Comme tous les obstacles et épreuves de la vie, le mieux est d’affronter le cancer du sein au quotidien, une étape à la fois. Je suis vraiment reconnaissante de disposer de bien meilleures options au quotidien grâce à la gamme de produits Amoena. 

Vous voulez plus d’informations sur les prothèses mammaires Amoena et savoir comment on se sent lorsqu’on les porte ? Rejoignez le Club Amoena pour recevoir nos newsletters, c’est gratuit ! 

À lire
Nous vous conseillons...