Skip to main content

Discussion de fille : Tout ce que vous devez savoir sur le cancer du sein

Au moment du diagnostic, il est crucial qu’une femme apprenant qu’elle a un cancer du sein obtienne les informations dont elle a besoin pour choisir l’option de traitement la plus adaptée. Très souvent, les femmes se sentent sous pression, ont peur et sont mal informées, explique Joanna Franks. 



Joanna Franks, chirurgie mammaire et oncoplastique, University College Hospital (Londres)Jo Franks est spécialisée en chirurgie mammaire et oncoplastique. 

Elle est aussi la principale consultante à l’UCLH (University College London Hospital). Comme beaucoup de personnes qui sont devenues docteurs, Jo savait déjà à l’âge de deux ans qu’elle voulait étudier la médecine et, quand le moment est venu de choisir sa vocation, elle a décidé de devenir chirurgienne : « Nous traitons la maladie alors que les médicaments ne font que la contrôler », explique-t-elle. « J’ai décidé de me spécialiser dans la chirurgie mammaire parce que je sentais que je pouvais vraiment faire une différence dans ce domaine. »

Lorsqu’on lui a demandé ce qu’elle aimait particulièrement dans son travail, Jo a expliqué que c’était l’opportunité d’établir un lien avec les patientes. « Je sais que je les entraîne dans un parcours difficile, mais je veux qu’elles aient un sentiment positif à la fin. » Elle pense qu’il est essentiel pour les femmes d’établir un lien avec leur équipe médicale : « Tout le monde a droit à une deuxième opinion au NHS, mais peu de personnes le savent. Assurez-vous donc de vous sentir à l’aise avec votre chirurgien et l’équipe au complet. Après tout, vous allez entrer dans une alliance thérapeutique avec eux. »


Lumpectomie vs mastectomie ? Ne précipitez pas votre décision 

 

Lorsqu’une femme reçoit un diagnostic de cancer du sein, c’est un choc considérable et, naturellement, elle le perçoit comme une urgence : elle veut se débarrasser de ce cancer le plus vite possible et améliorer ses chances de survie. Mais dans la plupart des cas, explique Jo, l’accent doit être mis sur les bons résultats que permettra le traitement. Il est donc nécessaire qu’elle prenne le temps de comprendre ses options.

 
« L’annonce du diagnostic ne signifie pas que vous devez subir une opération d’urgence », explique-t-elle. « La plupart des personnes disposent de suffisamment de temps pour obtenir des informations et prendre une décision. Nous cherchons des informations pour des choses moins importantes, comme acheter une voiture, une maison ou encore changer d’assureur. Mais pour quelque chose d’aussi important que ce type de décision, nous faisons ce que l’on nous dit de faire et le regrettons parfois plus tard. Nombre de ces décisions sont absolument irréversibles. Il est très important que les patientes le sachent et je crois qu’en tant que femmes, nous devons nous donner plus d’autonomie mutuellement. »

Résultats à long terme de la chirurgie mammaire

 

Développant son message concernant le choix des patientes et le fait que les femmes ont besoin d’être aussi informées que possible, Jo continue : « Pensons à la mastectomie. Certaines femmes n’auront pas le choix et devront en subir une. Mais aujourd’hui, il existe de nombreuses options : une mastectomie directe, une mastectomie avec reconstruction immédiate ou avec une reconstruction différée. La plupart des femmes ne connaissent pas ces informations et ont besoin de temps pour comprendre les différences et réfléchir à ce qu’elles veulent. Les femmes pensent que les discussions concernant l’aspect esthétique sont superficielles. Ce n’est pas le cas, cet aspect fait partie des résultats à long terme.  

« Dernièrement, l’accent est mis sur la survie et prendre la bonne décision au début du traitement garantira que vous vous sentiez beaucoup mieux à la fin de celui-ci et pour le reste de votre vie. »

Comment les équipes médicales aident-elles les femmes à être mieux informées ? « Dans mon cabinet, si vous recevez un diagnostic de cancer du sein et des options de traitement, on ne vous demande jamais de prendre une décision à ce stade », explique Jo. « Vous avez rendez-vous avec une infirmière spécialisée, regardez des photos, touchez des implants et des prothèses mammaires en silicone, posez des questions sur les procédures et, quand vous êtes prête, vous donnez votre consentement lors d’une réunion ultérieure avec moi. »

Réunion de femmes pour un soutien face au cancer du seinCertaines femmes ont aussi plus de temps pour réfléchir à leurs options car leur traitement ne débute pas par la chirurgie, mais par une chimiothérapie préopératoire ou des médicaments qui réduisent la tumeur, ce qui peut leur permettre de subir une chirurgie conservatrice du sein plutôt qu’une mastectomie. 

Jo demande à ses patientes de garder à l’esprit qu’il n’existe pas deux expériences similaires du cancer. « Le cancer du sein, c’est trois mots, mais des centaines de types de cancer différents. À l’heure actuelle, nous suivons la voie des médicaments personnalisés, identifiant le cancer du sein de la patiente et donnant les médicaments et l’ordre de traitement appropriés à chaque personne pour de meilleurs résultats. »

 

Discussion de fille : un groupe de soutien préopératoire pour le cancer du sein 

 

« Notre unité régionale de plastiques organise une session “Dire et Montrer” lors de laquelle des femmes se réunissent et partagent leur expérience du cancer du sein, montrent leurs reconstructions mammaires et permettent aux autres participantes de les toucher. Les femmes qui sont sur le point de recevoir un traitement apprennent beaucoup dans le cadre de ces groupes et constatent à quel point il est possible de se sentir sûre de soi après une chirurgie », explique Jo. « Il est toutefois important qu’il n’y ait pas de chirurgien dans le groupe. Il ne s’agit pas de dire ce que nous pensons de la chirurgie mammaire, mais de savoir ce que les femmes en pensent. En outre, c’est quand nous ne sommes pas là qu’elles peuvent vraiment s’exprimer ouvertement. »

« J’aimerais que davantage de groupes tels que celui-ci se forment. Nous, les femmes, sommes très douées pour nous soutenir mutuellement. Nous avons juste besoin du bon environnement pour le faire. » Des groupes de soutien locaux liés au cancer du sein et des boutiques spécialisées dans la prise en charge des femmes opérées pourraient envisager un partenariat avec des chirurgiens mammaires qui pourraient orienter les patientes vers ces sessions d’informations de « préchirurgie ». C’est le type de « discussion de fille » qui aide vraiment les patientes à se sentir éduquées, informées et moins seules. 

Être préparée à faire face au cancer du sein : savoir ce qui est disponible aide les patientes

 

« Lorsque je fais une mastectomie sans reconstruction pour quelque raison que ce soit, je dis aux femmes qu’il existe des prothèses mammaires externes, de la lingerie et des maillots de bain avec poches conçus de manière spécifique. Elles peuvent faire tout ce qu’elles faisaient avant sans que personne se rende compte de quoi que ce soit. Des compléments mammaires et une lingerie adaptée peuvent également corriger les problèmes d’asymétrie dans les cas de chirurgie partielle ou de reconstruction. [ajouter des liens vers les pages de produit]

« Mais si vous n’avez jamais été confrontée à cela auparavant, vous ne saurez absolument pas ce qui est disponible pour vous. Savoir, c’est pouvoir. » 

À lire
Nous vous conseillons...